Mammouth



Le mammouth (мамонт), un animal-symbole du Paléolithique devenu l'emblème de la Sibérie

Du nord de la Sibérie ont été débarquées ces pesantes défenses de mammouths, recourbées comme de grandes moustaches, qu'à chaque printemps il faut dégager des glaces dans la région du fleuve Amour. Mammouths encore intacts, dont la viande de quinze mille ans est vendue aux bouchers soviétiques.
(Paul MORAND, Londres, 1933, p. 309.)

Emprunté au russe мам(м)ут de même sens, variante vieillie de мамонт employé aujourd'hui (cf. les variantes françaises mammon 1765, mammont 1800), d'origine obscure, probablement d'une langue sibérienne.
















































L'importance symbolique et économique du mammouth en Sibérie, d'après Emilie Maj, anthropologue au Centre for Landscape and Culture (Université de Tallinn), membre du Centre d’études mongoles et sibériennes (Paris).

De nombreux mythes entourent le mammouth. En 1934, W. D. Strong divisait les mythes et les légendes des indigènes d’Amérique du Nord en deux catégories: d’une part, les histoires qui ont été le résultat d'une «rationalisation mythique» fondée sur la découverte des fossiles, et, de l’autre, les récits des ancêtres contemporains du mammouth, dont les traditions orales associées à cet animal se seraient transmises de génération en génération. Or, le dernier des mammouths a parcouru la République Sakha et la péninsule de Taïmyrau nord de la Sibérie il y a près de 11.000 à 9.600 ans. La théorie de Strong concernant la «rationalisation mythique» résultant de la découverte d'os de mammouth paraît donc plus plausible, tout au moins en ce qui concerne les mythes de la population de République de Sakha (Sakhas, Evens, Yukaghirs et Chukchis) qui accordent une grande importance à cet animal au sein de leur culture.
Le mammouth est avant tout un symbole pour la région de la Kolyma. C'est là-bas qu’on été concentrées les découvertes les plus intéressantes. En 1900, le Berezovka mammouth a été découvert par Pfizenmayer dans le Berezovka à côté de la rivière Srednekolymsk. En 1977, le corps intact d'un bébé mammouth a été trouvé au cours de l'exploitation minière dans le Kirgilyakh affluent du fleuve Kolyma. Pour cette raison, la ville de Srednekolymsk, fondée par les Cosaques en 1643, a porté un mammouth pour blason jusqu’en 2001. Les armoiries de la ville sont décrites comme suit: «Dans un écu d'argent s’étire un mammouth aux couleurs naturelles, debout sur ses pattes arrière, le front levé. Sur sa droite se trouvent deux mélèzes verts, et, en haut à gauche, un soleil levant. Sur le fond est écrit l'année 1643». Depuis les années 1980, plusieurs régions et villes de République Sakha se sont choisi de nouveaux blasons. C’est probablement la découverte du mammouth nommé «Yukaghir» dans la rivière Maksunuoha en 2002 qui a donné à la région de Verkhoiansk (qui s’étend sur le fleuve Ïana) l'idée d’adopter en 2004 le mammouth comme symbole, parallèlement à la coupe destinée à boire le lait fermenté (kymys), boisson «traditionnelle» des Iakoutes. Cette coupe est une icône de la renaissance du printemps et renforce la figure du mammouth en tant symbole de l'hiver.
Aux yeux des Iakoutes, le mammouth se manifestait de deux manières, l’une sonore, l’autre visuelle. Au moment où la glace se forme sur les rivières, les fleuves et les lacs, les eaux se rebellent contre la congélation et il est fréquent que se forme un petit mont, fruit de la pression conjointe de deux pans de glace. Les Iakoutes disent que ces excroissances sur la glace montrent la présence des mammouths dans l’eau, seuls animaux assez imposants pour produire un tel phénomène. Par ailleurs, le mammouth est appelé Taureau d’Eau. Ceci vient de l’assimilation des défenses, trouvées le long des cours d’eau et vues comme des cornes de bovin, avec la présence du grand butor (bautorus stellaris), animal très discrets peuplant les marécages et produisant un cri comparable à s’y méprendre à celui d’un taureau.
[l’expression du mammouth semi-réel, semi-mythique] a été employée par l’anthropologue Evelyne Lot-Falck dans son célèbre article de 1963 sur le mammouth comme auxiliaire chamanique chez les peuples toungouses. Je l’ai trouvé tout à fait heureuse et adéquate dans le contexte iakoute.
En 2002, le mammouth «Yukaghir» a été découvert. Ce mammouth est âgé de 18.560 ans. Pour son extraction, les Sakhas ont fait appel à un homme d'affaires français nommé Bernard Bouygues, spécialisé dans la logistique des grands projets arctiques. Le mammouth «Yukaghir» est le troisième projet arctique important pour cet homme, après deux autres mammouths (1997, 2001), découverts presque intacts dans la péninsule de Taïmyr. Le gouvernement de République Sakha a choisi cet homme pour son expérience.
Les gouvernements étrangers et les entreprises se sont intéressés à l'exploitation commerciale de la découverte du mammouth «Yukaghir», nom donné d'après la population d’origine paléoasiatique qui habite maintenant dans la région de Kolyma. La France et le Japon se sont révélés intéressées par le développement de programmes d'affaires autour de ce projet. Le Japon a exposé le mammouth Yukaghir durant l'Exposition universelle 2005 à Aichi (Japon). Les Français ont travaillé comme experts des méthodes de conservation du mammouth.
En République Sakha, une entreprise a été créée pour l’exploitation de ce nouveau symbole. À l'heure actuelle, l’entreprise iakoute tente d'afficher le mammouth Yukaghir dans les grandes villes de Russie ainsi que dans des pays étrangers.
Le mammouth est l'un des éléments d'un complexe basé sur l'idée du froid utilisé par la République de Sakha dans la perspective d’un marketing touristique.
La région de Verkhoïansk et Oimiakon dans le Nord de la République de Sakha ont toutes les deux adopté le mammouth comme blason, la première à cause des célèbres mammouths qui y ont été découverts, et la seconde parce que c’était le meilleur symbole pour une ville qui lutte avec la première pour garder son statut de pôle du froid de l’hémisphère nord. Les agglomérations de Verkhoïansk et d’Oimïakon souhaitent en effet toutes les deux, pour le développement du tourisme, d'être reconnues comme les zones les plus froides de l'hémisphère Nord. Il est probable que c’est pour cette raison que la sculpture du mythique Taureau Hiver trône à l’entrée de Verkhoïansk. Pour sa part, Oimïakon organise depuis plusieurs années un festival hivernal sakha, qui attire les touristes locaux et les étrangers qui ont le courage de venir de Yakutsk en roulant trois jours sur des routes gelées. Le principal personnage de cet important festival d'hiver est le Père-Noël sakha, récemment créé par la célèbre couturière Avgustina Sakha Filipova: il porte un costume bleu comme la glace et un chapeau représentant des défenses du Taureau Hiver.
Le mammouth est-il mort? Les Iakoutes n’ont pas l’air de vouloir s’en laisser persuader. Ou tout au moins désireraient-ils sa renaissance!
En effet, depuis 1996, le gouvernement de République Sakha a examiné le développement d’un Parc du Pléistocène, près de Tchersk, où le public pourrait observer des bisons et des chevaux sauvages. Le plus célèbre objet dans le parc serait le gigantesque mammouth mort il y a 13.000 ans. Le parallèle avec Jurassic Park est évident si l’on connaît le désir des scientifiques sakhas et japonais de faire renaître le mammouth en fécondant une éléphante avec le sperme d’un mammouth fossile.
En outre, les Sakhas envisagent la création d’un musée du mammouth, qui constituerait une «carte de visite pour la République». Le mammouth y servirait d'introduction au climat, aux conditions de vie et à la culture des populations du Nord. Une entreprise française a été mise à contribution pour des services consultatifs en vue de mettre en place des projets touristiques autour des richesses naturelles, culturelles et historiques de Iakoutie. Cette entreprise française a proposé un nouveau mode de marketing pour le futur musée, en mettant en avant l’idée de montrer derrière des miroirs transparents les travaux des spécialistes de la recherche sur la faune du Pléistocène. C’est aussi elle qui est à l’origine de l’idée de la création d'un «écomusée du froid», qui présenterait la faune et la flore de la période glaciaire, ainsi que la culture et le folklore des peuples autochtones de Sibérie République de Sakha. L'entreprise française a ainsi été contactée par le gouvernement de Sakha d'organiser un concours international d'architecture en vue de trouver les plus originaux du projet pour le futur musée du mammouth.













Des blasons iakoutes




Et de diverses villes sibériennes



Le site préhistorique de Malta

Des hommages au mammouth. 
À Khanty-Mansiïsk


À Magadan

À Barnaoul

Un festival à Briansk

Ailleurs en Russie. 
Blason de Stavropol

À Kostenki (oblast de Voronej)

À Perm


En Ukraine, à Koulechovka

À Rivna

À Minsk







Мама для мамонтёнка (1981)












































Des enseignes commerciales


Un fabricant d'échecs en ivoire de mammouth



Une vodka!





Une gazette





Souvenirs soviétiques


Satire politique




Voir aussi chapitre Artisanat: La sculpture sur ivoire de mammouth.